Marine nationale, une première place manquée (2008 -2016)

Infografía-de-los-dos-portaaviones-de-la-Clase-Queen-Elizabeth.-Imgur.jpg

© BAE Systems.

Une parenthèse se referme définitivement en ce début de XXIe siècle, ce moment, « assez » rare, où la France aurait pu prétendre à devancer la Royal Navy comme première marine européenne. Occasion manquée qui influencera considérablement les prétentions diplomatiques françaises en Europe tant du point de vue de l’Europe de la Défense que la défense de l’Europe. Cette faiblesse relative, seulement présentée sous la seule expression du tonnage, s’accompagne d’un pouvoir d’attraction des autres marines tout aussi faible.

Lire la suite

Quelques idées saugrenues sur les finances de la Défense

corse_bordelais_acb.JPG

Pierre-François Forissier – voir l’entretien qu’il nous avait accordé – inaugure une chronique au sujet de la rencontre entre les outils législatif, budgétaire et financier dans l’optique de construire l’outil naval dans le temps long. L’objectif est de présenter les enjeux de l’application intégrale de la « LOLF » et de ses conséquences afférentes.

Lire la suite

Retour du Foch comme porte-avions-école

photo47

La messe aurait pu être dite : le Foch (15 juillet 1963 – 15 novembre 2000 dans la Marine nationale et 2000 – 2020 dans la marine brésilienne), bien que navigant sous un nom d’emprunt, ne vivrait plus que dans l’attente de son démantèlement suite à la décision de la Marinha da Brasil de ne pas le moderniser. Si son intérêt opérationnel est nul ou résiduel (en cas de refonte), sa valeur pour l’instruction est à la hauteur de son tonnage.

Lire la suite

NAe São Paulo : Modernisation abandonnée, remplacement avancé

nae-sao-paulo_03-1096x296

La Marinha da Brasil annonce par un communiqué que la modernisation du  NAe São Paulo (2000 – 2020) est abandonnée. Le remplacement du porte-avions brésilien, ancien Foch (15 juillet 1963 – 15 novembre 2000) dans la Marine nationale, est avancé et devient la troisième priorité dans les investissements navals brésiliens.

Lire la suite

La France et le cuirassé (3)

Le programme de 1912, un plan ambitieux hélas inachevé

programme-naval-1912

Le 30 mars 1912, la Chambre des Députés vote la loi-programme qui fixe le cadre de la Royale au début des années vingt. Avec vingt-huit cuirassés, dix éclaireurs d’escadre, cinquante-deux torpilleurs de «haute-mer», dix bâtiments pour divisions lointaines et quatre-vingt quatorze sous-marins, le plan est ambitieux.

Quand le plan est voté par le parlement, la France aligne 11 cuirassés «modernes» (deux Patrie, quatre Liberté et six Danton). Il reste donc dix-sept cuirassés type dreadnought à construire, deux devaient être mis en chantier en 1910 et 1911, trois en 1912, deux en 1913 et 1914, quatre en 1915 et deux en 1917.

Lire la suite

Type 001

liaoning-06

© Inconnu. Le Liaoning.

c4ezbmlwqaitrqb

Le Renseignement d’Origine Source Ouverte (ROSO) permet d’apprécier la délivrance au compte-goutte, sans placer Pékin dans une position fâcheuse, de nouvelles photographies, plus ou moins pertinentes, de l’état d’avancement de la construction du porte-aéronefs chinois qui semble être un sistership du Liaoning (1988 – …).

Lire la suite

La France et le cuirassé (2)

La France et le cuirassé (2)

cuirasse-hoche

Le cuirassé Hoche

Panorama : l’évolution des cuirassés français jusqu’au premier conflit mondial

Avec un tel contexte, pas étonnant que la Royale n’ait pu disposer de cuirassés puissants et efficaces. Systématiquement, les cuirassés français vont se révéler inférieurs aux réalisations étrangères en raison de l’influence de la Jeune Ecole mais également de problèmes industriels, le manque de grandes cales et de grandes formes limitant sérieusement les possibilités des architectes navals français.

Après la mise en service de l’Amiral Duperré en 1883 (11085 tonnes, 15 nœuds,4 canons de 340mm) sont mis en service en 1888 le Formidable et l’Amiral Baudin, des navires de 12000 tonnes, filant à 15 nœuds avec un armement principal composé de trois canons de 370mm.

Lire la suite