1,4 + 0,21 ≠ 2%

© Ewan Lebourdais. SNLE classe Le Triomphant.

© Ewan Lebourdais. SNLE classe Le Triomphant.

La sortie disproportionnée du Président de la République à l’encontre du général Pierre de Villiers – que le Président recevra le 21 juillet –, Chef d’État-Major des Armées (CEMA), est l’occasion pour un citoyen d’apporter son soutien au CEMA. « Dire, ce n’est pas se plaindre ». Ne pas dire c’est manquer à la dignité de sa charge. Un budget de la Défense à 1,79% est une base totalement viciée sans lien avec le réel des questions stratégiques. La France ne peut pas se satisfaire d’une hausse à hauteur de seulement 0,21%. L’objectif des 2% ne sera atteint que si la base de départ est bien à 1,4%. Sinon, la France désarme. Le Président joue la crédibilité de sa promesse d’atteindre les 2% dès les années 2017 et 2018.

Lire la suite

De la nécessité de penser interarmée,Tentative de réponse au général Norlain

img_0195

Dans le numéro de ce mois de la Revue de Défense Nationale, le général Bernard Norlain publie sur ce qu’il appelle « le Mythe du porte-avions ». S’appuyant sur cette œuvre superbe de Shakespeare qu’est le Roi Lear, il en vient à la conclusion que « vulnérable, couteux, il n’est plus réduit qu’à un rôle de composition (…) où les symboles de servent plus que de décors surannés ».
Très simplement et très humblement, puisque je n’ai ni les étoiles ni l’âge du général, je me permets une tentative de réponse en 3 actes, loin de la structure des pièces shakespeariennes, et qui évitera, je l’espère toute effusion de sang. « La vérité a un cœur tranquille » (Shakespeare, Richard II) Lire la suite

En pensant aux vacances…

affiche3M

La Loire Atlantique, avec Saint Nazaire, est connue pour ses chantiers et sa base sous-marine. Mais il y a aussi, de « l’autre côté du pont », une merveille dans un écrin de verdure et de pins tout aussi attrayante, une escale « famille » : Saint Brevin, une terre chère au coeur d’Anne de Bretagne et de Nicolas Fouquet, qui séjournèrent chacun à leur époque au manoir de La Guerche.

C’est sur cette terre, où les eaux de la Loire se mêlent à l’Atlantique et à 45 minutes de Nantes, que se situe le Fort de Mindin qui scrute l’estuaire depuis 1861 et abrite le Musée de la Marine de Mindin Lire la suite

« L’exemple des héros enfante des héros ! »

Le cuirassé Suffren à Toulon, le 23 octobre 1911. Bibliothèque nationale de France.

En 2007, la Marine nationale annonçait les noms des futurs sous-marins nucléaires d’attaque issus du programme Barracuda : Suffren, Duguay-Trouin, Tourville, De Grasse, Dupetit-Thouars et Duquesne (les deux derniers ont depuis 2015 été renommés Casabianca et Rubis, noms de deux fameux sous-marins des FNFL). Pour quelqu’un peu au courant des choses de la marine, ces noms peuvent paraitre sans grande importance et avoir été distribués au hasard dans l’unique but de les distinguer les uns des autres. Il n’en est rien cependant car, à toutes les époques de son histoire, un véritable esprit de suite a présidé la dénomination des bâtiments de la Marine française. L’objet de ce billet n’est pas de rappeler une énième fois les hauts faits d’armes de ces grands marins, qui servirent tous dans la marine de l’Ancien Régime, à l’exception notable de Dupetit-Thouars, capitaine de vaisseau héroïquement tué sur le Tonnant lors de la bataille d’Aboukir, le 1er août 1798 (on notera que Casabianca, capitaine du 118 canons l’Orient, navire amiral de Brueys, commandant de l’escadre française chargée l’armée de Napoléon Bonaparte en Égypte, fut également tué durant cette bataille, ainsi que son jeune fils). En vérité, nous nous intéresserons ici à une veille tradition de la Marine, celle de donner aux navires de guerre les noms des grands serviteurs de l’État, et en particulier des plus fameux marins de son histoire.

Lire la suite

L’effort naval thalassocratique est-il soutenable ?

US_Navy_031022-N-6346B-045_The_guided_missile_cruiser_USS_Chancellorsville_(CG_62)_leads_the_People^rsquo,s_Liberation_Army_Navy_(PLAN)_guided_missile_destroyer_Shenzhen_(DDG_167)_into_Apra_Harbor,_Guam.jpg

Les deux efforts navals de la Chine et des États-Unis d’Amérique méritent d’être sommairement comparés. De là, il y a matière à s’autoriser à relativiser quelques perceptions quant à la puissance chinoise ou à une quelconque tentative de prise de mer. Il est plus intéressant de relever que sur le temps long, la Chine pourrait inexorablement dépasser la puissance militaire américaine.

Lire la suite

Marine nationale (2015 – 2017) : logiciel inchangé, Flotte resserrée

Le camarade Dimitri (Naval Analyses) nous permet d’apprécier la trajectoire de la Marine nationale à l’aube très prochaine de la troisième décennie du XXIe siècle. Et la lecture de Flottes de combat permet tout autant de replacer l’effort naval français dans le cadre des trente dernières années.

Lire la suite

Prise de mer chinoise ?

© Le Monde.

© Le Monde.

Nous abordions la question d’une prise de mer avortée de la part de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques entre le début des années 1960 et la fin des années 1980. D’où l’intérêt de questionner une telle tentative par la Chine dans la mesure où l’ « OBOR » (One Belt, One Road – ou nouvelles routes de la soie) tend à une double prise de mer et de terres tandis que Pékin pourrait bouleverser le jeu énergétique mondial.

Lire la suite