Présentation de L’Arsenal

Pour L’Arsenal l’aventure a commencé en 1996 avec la parution des deux premiers modèles au 1/400, l’Aviso A-69 et la Corvette Flower.

L’idée était de proposer aux amateurs une continuité à la série Heller qui avait fait le bonheur de bon nombre de maquettistes jusque dans les années 70.

Suivra ensuite une gamme d’accessoires toujours à la même échelle, puis très vite de nouveaux kits au 1/350 et 1/700 pour suivre l’évolution du marché international.

Dernière branche ajoutée à l’arbre, L’Arsenal-Aero conçoit et produit de nombreuses références au 1/48 et 1/72, principalement dans le domaine des charges emportées par les jets modernes.

A l’origine, la conception des prototypes se faisait à l’ancienne à partir de carte plastique, Syntofer, huile de coude, en espérant que tout se passe bien et que le résultat final soit à la hauteur des espérances !

Aujourd’hui, tous les masters sont conçus en utilisant les meilleurs logiciels de modélisation, à partir de sources de documentation fiables, et le prototypage est réalisé par impression 3D avec des machines performantes, garantissant ainsi une représentation fidèle de la réalité.

Après pratiquement vingt ans à la barre, Jacques m’a laissé les commandes et je suis depuis trois ans à la tête de cette superbe société artisanale française.

Après un certain temps passé à développer et réorganiser l’Arsenal, depuis un an, nous nous concentrons sur la sortie de nombreuses nouveautés.

Par exemple, nous avons sorti plus d’une vingtaine de modèles aéronavals en 2017, sans compter des accessoires navals. Et 2018, verra des sorties tant attendues comme le kit de la frégate Georges Leygues, le kit du P400, le set d’amélioration du lynx au 1/48 …et bon nombre d’accessoires.

Je vous donne donc rendez-vous sur notre site pour découvrir nos produits et notre actualité, vous, maquettistes passionnés !

Mélaine

Publicités

La Compagnie s’agrandit !

cordeliere2

La Cordelière était baptisée officiellement le vendredi vingt-huit octobre de l’an De Grasse deux mille seize. Depuis le premier embarquement des gens de la Compagnie, cette dernière a vu ses rangs grossir. Il était temps de présenter les nouveaux membres !

Lire la suite

Croiseurs De Grasse et Colbert : refonte Terrier ?

projet10

L’achèvement du croiseur De Grasse (10 septembre 1956 – 1973) ainsi que la construction du croiseur Colbert (5 mai 1959 – 1991) relèvent de décisions dont les rationalités méritent d’être explorées dans la mesure où ces bateaux étaient obsolètes dès leur mise en service. Et c’est pourquoi le fait qu’une demande de livraison – gratuite – de systèmes d’arme RIM-2 Terrier aux États-Unis d’Amérique ait été aussi facilement écartée mérite d’être présentée avant d’entamer des recherches complémentaires.

Lire la suite

« Porte-avions, fleurons de la marine française » de Fabrice Gardel et Josselin Mahot

61894.jpeg

© ECPAD / RMC Découverte. « Porte-avions, fleurons de la marine française ».

La chaîne de télévision RMC Découverte (NextRadioTV) propose le documentaire (synopsis ci-dessous) « Porte-avions, fleurons de la marine française » de Fabrice Gardel et Josselin Mahot. Il s’agit d’une co-production entre la chaîne et l’ECPAD. La diffusion inédite ce jeudi 25 décembre à 20h45 intervient après l’avant-première d’hier soir au cinéma Les 3 Luxembourg (Paris), un évènement conjointement organisé par l’ECPAD et Galaxie.

Lire la suite

Le difficile renouvellement des navires de ligne français

Le Dunkerque au havre _ au fond le Strasbourg

Le Dunkerque au Havre le 17 juin 1939 avec au fond le Strasbourg (Collection Wilfried Langry)

A la fin de la Grande Guerre, dans un contexte de désarmement généralisé, la Marine Nationale n’apparaît pas comme une priorité. Pourtant, beaucoup de grands navires sont fatigués et usés par quatre années de service.

Lire la suite

Les Sous-marins du type Roland Morillot

Inspection Roland Morillot et La Praya par officier allemand

Officier de la Luftwaffe inspectant le La Praya (Collection Wilfried Langry)

La Marine Française a développé très tôt son arme sous-marine qu’elle considérait comme une arme de défense face aux grandes flottes océaniques. Au sortir de la Première Guerre mondiale, la composante sous-marine resta un axe majeur de développement, malgré les attaques des anciens alliés qui voulaient le bannissement pur et simple de cette arme.

Lire la suite

Les marques particulières de la Marine française de l’entre-deux guerres

Contre torpilleur Epervier à l'ancre

L’Epervier montrant son symbole de coque 2- et son anneau blanc de cheminée (Collection Wilfried Langry)

Durant l’entre-deux guerres, le marquage particulier des navires français prend une importance toute particulière. En effet, l’arrivée de nombreux bâtiments neufs et le fonctionnement tactique des deux escadres imposent une identification des navires à longue distance. L’électronique n’ayant pas encore fait son apparition, ce sont des moyens optiques qui sont mis en place. On verra donc apparaître de grands chiffres sur les coques et des anneaux de couleurs peints sur les cheminées.

Lire la suite