Marine nationale, le Three-Powers Standard (1820 – 2016)

adb2c209-s

© 2007- 艦艇写真のデジタル着彩 Atsushi Yamashita.

 

La géostratégie navale française s’étire depuis son pilier moderne, la « charte de Portal », jusqu’à nos jours en passant par l’exception que fut la crise de Fachoda. Le modèle continue à se construire depuis 1820 autour d’une concentration méditerranéenne de la Flotte, une certaine « théorie du risque » face à la première puissance navale et un Three-Powers Standard face aux trois marines suivantes dans le classement naval européen. Une position de choix et toujours d’actualité qui ne semble pas permettre un effet d’entraînement.

Lire la suite

Royal Navy, l’immuable Two-Powers Standard (1889 – 2016)

Royal Navy 2020.jpg

© D-Mitch. Royal Navy and Royal Fleet Auxiliary – Today, past and future (a quick overview).

Poursuivons ces quelques réflexions, toujours sous le seul prisme du tonnage. La grille d’analyse est obsolète sans perdre totalement de sa pertinence. La Royal Navy demeure la première marine d’Europe (de l’Ouest) dans cette perspective (1,15 millions de tonnes pour la Marine russe en 2016). Et, chose surprenante qui n’apparait pas dans un classement naval plus « moderne », c’est-à-dire brassant plusieurs critères (capacités maîtrisées dans toutes les dimensions du combat naval, cohérences capacitaires, entraînement, etc) : le Two-Powers Standard est une persistante réalité !

Lire la suite

Marine nationale, une première place manquée (2008 -2016)

Infografía-de-los-dos-portaaviones-de-la-Clase-Queen-Elizabeth.-Imgur.jpg

© BAE Systems.

Une parenthèse se referme définitivement en ce début de XXIe siècle, ce moment, « assez » rare, où la France aurait pu prétendre à devancer la Royal Navy comme première marine européenne. Occasion manquée qui influencera considérablement les prétentions diplomatiques françaises en Europe tant du point de vue de l’Europe de la Défense que la défense de l’Europe. Cette faiblesse relative, seulement présentée sous la seule expression du tonnage, s’accompagne d’un pouvoir d’attraction des autres marines tout aussi faible.

Lire la suite

Quelques idées saugrenues sur les finances de la Défense

corse_bordelais_acb.JPG

Pierre-François Forissier – voir l’entretien qu’il nous avait accordé – inaugure une chronique au sujet de la rencontre entre les outils législatif, budgétaire et financier dans l’optique de construire l’outil naval dans le temps long. L’objectif est de présenter les enjeux de l’application intégrale de la « LOLF » et de ses conséquences afférentes.

Lire la suite

Le transport d’aviation Commandant Teste

TT

commandant-teste-dans-la-rade-de-toulon

Le Commandant Teste en rade de Toulon (Collection Wilfried Langry)

A la fin de la Première Guerre Mondiale, le besoin de soutenir les hydravions en mer se fait sentir. On envisage alors la conversion de cargos assez grands pour accueillir des hydravions ainsi que les ateliers nécessaires à leur activité. Lire la suite

Retour du Foch comme porte-avions-école

photo47

La messe aurait pu être dite : le Foch (15 juillet 1963 – 15 novembre 2000 dans la Marine nationale et 2000 – 2020 dans la marine brésilienne), bien que navigant sous un nom d’emprunt, ne vivrait plus que dans l’attente de son démantèlement suite à la décision de la Marinha da Brasil de ne pas le moderniser. Si son intérêt opérationnel est nul ou résiduel (en cas de refonte), sa valeur pour l’instruction est à la hauteur de son tonnage.

Lire la suite

La France et le cuirassé (4)

Les Dunkerque : le renouveau de la ligne française et la relance de la course aux armements

cb-dunkerque-10

Le croiseur de bataille Dunkerque au mouillage. Une élégance rare mais aurait-il été aussi efficace au combat, personne ne le saura jamais. 

Le 6 février 1922 est signé à Washington le premier traité de limitation des armements navals à l’issu d’une conférence de trois mois réunissant les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Japon, la France et l’Italie.

C’est à l’initiative de Londres que cette conférence s’est réunie. Il s’agissait de mettre fin à la course aux armements navals lancée entre le Japon et les Etats-Unis. Indirectement, cette conférence actait du déclassement de Londres, incapable de suivre son allié extrême-oriental et son ancienne colonie.

Lire la suite