1,4 + 0,21 ≠ 2%

© Ewan Lebourdais. SNLE classe Le Triomphant.

© Ewan Lebourdais. SNLE classe Le Triomphant.

La sortie disproportionnée du Président de la République à l’encontre du général Pierre de Villiers – que le Président recevra le 21 juillet –, Chef d’État-Major des Armées (CEMA), est l’occasion pour un citoyen d’apporter son soutien au CEMA. « Dire, ce n’est pas se plaindre ». Ne pas dire c’est manquer à la dignité de sa charge. Un budget de la Défense à 1,79% est une base totalement viciée sans lien avec le réel des questions stratégiques. La France ne peut pas se satisfaire d’une hausse à hauteur de seulement 0,21%. L’objectif des 2% ne sera atteint que si la base de départ est bien à 1,4%. Sinon, la France désarme. Le Président joue la crédibilité de sa promesse d’atteindre les 2% dès les années 2017 et 2018.

Lire la suite

L’effort naval thalassocratique est-il soutenable ?

US_Navy_031022-N-6346B-045_The_guided_missile_cruiser_USS_Chancellorsville_(CG_62)_leads_the_People^rsquo,s_Liberation_Army_Navy_(PLAN)_guided_missile_destroyer_Shenzhen_(DDG_167)_into_Apra_Harbor,_Guam.jpg

Les deux efforts navals de la Chine et des États-Unis d’Amérique méritent d’être sommairement comparés. De là, il y a matière à s’autoriser à relativiser quelques perceptions quant à la puissance chinoise ou à une quelconque tentative de prise de mer. Il est plus intéressant de relever que sur le temps long, la Chine pourrait inexorablement dépasser la puissance militaire américaine.

Lire la suite

Marine nationale (2015 – 2017) : logiciel inchangé, Flotte resserrée

Le camarade Dimitri (Naval Analyses) nous permet d’apprécier la trajectoire de la Marine nationale à l’aube très prochaine de la troisième décennie du XXIe siècle. Et la lecture de Flottes de combat permet tout autant de replacer l’effort naval français dans le cadre des trente dernières années.

Lire la suite

Prise de mer chinoise ?

© Le Monde.

© Le Monde.

Nous abordions la question d’une prise de mer avortée de la part de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques entre le début des années 1960 et la fin des années 1980. D’où l’intérêt de questionner une telle tentative par la Chine dans la mesure où l’ « OBOR » (One Belt, One Road – ou nouvelles routes de la soie) tend à une double prise de mer et de terres tandis que Pékin pourrait bouleverser le jeu énergétique mondial.

Lire la suite

Le bastion du plateau continental

Carte relief plateau continental européen crédits inconnus.png

La politique déclaratoire du candidat Donald J. Trump laisse de nombreuses traces dans les perceptions européennes en attendant que le cadre diplomatique (entre réactions au nouveau style présidentiel et une impatience à peine dissimulée) soit arrêté. Une partie de l’Europe atlantique craint de perdre le bénéfice de la dissuasion (tant conventionnelle que nucléaire) américaine et réfléchit tout haut à la pertinence d’une dissuasion européenne. En attendant de revenir à un probable statut quo, il s’ouvre un espace de manœuvre pour affermir un pilier européen dans l’Alliance Atlantique grâce à une des mesures envisageables : la constitution d’un bastion du plateau continental.

Lire la suite

MAPL : deux ou trois ESF ?

Type_075_LHD_PLAN_China_02

© Inconnu. Unofficial artist impression of what PLAN’s future Type 075 LHD may look like.

La montée en puissance de la Marine de l’Armée Populaire de Libération (MAPL ou PLAN en anglais) se poursuit à un rythme soutenu. Une nouvelle ainsi qu’une confirmation tendent à accréditer l’idée que Pékin imite les structures opérationnelles de l’US Navy et tout particulièrement les Expeditionary Strike Force (ESF).

Lire la suite

Budget de la Défense nationale à 2%

INF2814b526-b84e-11e4-8ef7-df3c6a093a1e-805x470

© Le Figaro. Véronique Guillermard, « Dissuasion nucléaire : la France ne baisse pas la garde », 20 février 2015.

Le totem correspondant à 2% du PIB en matière de dépenses militaires inonde le débat public alors qu’il n’est que très rarement – si ce n’est jamais – bénéficiaire de la moindre tentative de définition. Pourtant, replacer cet objectif dans le cadre du « partage du fardeau au fossé transatlantique » (Olivier KEMPF, L’OTAN au XXIe siècle – La transformation d’un héritage, Paris, Éditions du Rocher, 2014 (2010), 614 pages ; voir le chapitre 12) est la condition sine qua non pour apprécier autant sa pertinence aux échelons de l’Alliance atlantique qu’au seul échelon national. C’est pourquoi – et dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017 en France – il est impératif de souligner combien la définition ambiante des 2% ne correspond pas du tout à l’ambition otanienne et masque les graves difficultés financières à venir face à la modernisation de la dissuasion nucléaire et la « bosse budgétaire » jamais absorbée. 

Lire la suite