Les Europe navales : quelles perspectives pour l’utilisation diplomatique de la Flotte ?

 

 

© Anton Balazh.

© Anton Balazh.

Quelle est la première marine européenne ? La question est simple mais la réponse ne peut qu’être complexe. Ravir la place de première force navale européenne est une potentielle source de prestige dont peut découler un certain capital politique. Sur le plan géopolitique, il ne s’agit pas d’ « une » mais bien des Europe. C’est pourquoi est repris, ici, le concept d’ « Europe en cercles concentriques » non pas pour désigner une quelconque réforme de l’Union européenne mais bien différentes organisations internationales qui ne reposent pas sur le même espace géographique, tout en ayant le continent européen en partage. Horizon qui permet de souligner que la Marine nationale ne sera la première marine d’ « Europe » que dans un seul de ces cercles et, pour rayonner plus en avant, n’a que deux solutions à sa disposition dont une seule est viable : l’expansion budgétaire et la création de forces navales bi- ou trilatérales.

Lire la suite

Publicités

Les Zumwalt, pièces maîtresses de trois SAC à dominante anti-navires ?

© US Navy. L'USS Zumwalt (DDG-1000) marche en formation avec l'USS Independence (LCS-2) le 8 décembre 2016.

Une tribune (« Les destroyers Zumwalt, pièce maîtresse de trois nouveaux groupes navals ? », Revue Défense nationale, Tribune n°839, 4 novembre 2016) tentait de proposait un exercice prospectif quant au futur emploi des trois « destroyers » de la classe Zumwalt au sein de l’US Navy. Une année plus tard, les décisions d’abandon des programmes LRLAP et HVP diminuent drastiquement l’intérêt de la batterie principale des Zumwalt, optimisée autour de ses deux pièces d’artillerie. C’est pourquoi il serait question de les employer pour la lutte anti-navires, remettant au premier plan leur batterie secondaire.

Lire la suite

MCO : disponibilité stratégique des plateformes navales

ob_6e257b_2017-mtln-026-b-001-031

© Marine nationale.

Le Maintien en Condition Opérationnelle des plateformes et systèmes d’armes est l’un des facteurs de la supériorité militaire, en ce sens qu’il conditionne la disponibilité des matériels des forces pour les missions qui peuvent être ordonnées. Sur le plan naval, le MCO est la condition sine qua non pour durer à la mer, la matérialisation de la lutte permanente contre la moindre avarie, voire la survie d’un navire quand la casse est critique, même au bassin.

Lire la suite

FREMM et équipages optimisés : renforcement en vue

fremm-aquitaine-et-provence

© Marine nationale – Stéphane Dzioba. Les FREMM Aquitaine et Provence à proximité de Toulon.

Le programme FMM puis FREMM s’inscrivait dans une double dynamique : les économies dégagées par la réduction du nombre et du volume des équipages devaient abonder autant le financement des grands programmes d’armement – dont FREMM – que la déflation générale des effectifs, permettant d’investir dans de nouveaux bateaux et, donc, entretenir, la première dynamique. Avec seulement 94 marins pour armer une frégate de 6000 tonnes contre 300 pour une F67, le pari était ambitieux. Et s’il n’est pas totalement perdu, toutefois, il doit être, au minimum, révisé. La Marine avait à trancher entre deux grandes options : renforcer les équipages ou les doubler. La première semble l’avoir emporté, pour un temps.

Lire la suite

PA2 : missions de Petersberg (1999 – 2011)

4253.jpg

© DCN – Thales. Le PA2 comme avant-projet CVF-FR en 2006.

La construction des grandes unités de surface de la Marine nationale s’est, souvent, rattachée à de grands objectifs politico-militaires, hier la chasse aux « cuirassés de poche » allemands, et donc la commande des Dunkerque (1938 – 1942) et Strasbourg (1939 – 1942), ou encore aux leçons stratégiques de grands conflits comme par exemple l’apport déterminant des porte-avions pendant la guerre d’Indochine, appuyant décisivement la commande des Clemenceau (22 novembre 1961 – 1er octobre 1997) et Foch (15 juillet 1963 – 15 novembre 2000). Sans oublier la recherche d’une place éminente dans de grandes organisations comme l’ONU et plus particulièrement l’OTAN avec l’avant-projet PA58. La transition entre le PAN n°2 et le PA2 se manifestait, aussi, par l’inscription de la restauration de la permanence aéronavale comme une pierre française apportait à l’édifice européen des missions de Petersberg.

Lire la suite

Quelques idées saugrenues sur les finances de la Défense (2)

© DCNS - H. SIMON. Le SNA Rubis sortant du bassin 8 (Brest), vendredi dernier.

© DCNS – H. SIMON. Le SNA Rubis sortant du bassin 8 (Brest), vendredi dernier.

Pierre-François Forissier – voir l’entretien qu’il nous avait accordé – inaugurait une chronique au sujet de la rencontre entre les outils législatif, budgétaire et financier dans l’optique de construire l’outil naval dans le temps long. L’objectif est de présenter les enjeux de l’application intégrale de la « LOLF » et de ses conséquences afférentes. Le premier billet introduisait le propos.

Lire la suite

Diplomatie navale : escale du Forbin à Saint-Pierre-et-Miquelon

© Frédéric DOTTE - DR.

© Frédéric DOTTE – DR.

Les 19 et 20 novembre 2017 la Frégate de Défense Aérienne (FDA) Forbin de la Marine nationale faisait escale à Saint-Pierre-et-Miquelon après sa visite à Québec. La Marine nationale est présente dans l’archipel via le Patrouilleur de Service Public Fulmar dont la question du remplacement est pendante (BATSIMAR : PLG ?).

Lire la suite