Diplomatie navale : escale de l’Auvergne en Indonésie

23376101_10159657972145319_2560886866834931749_n

© Correspondant Asie du « Fauteuil de Colbert » – DR.

M. Jean-Yves Le Drian, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères et européennes, hier ministre de la Défense, participait au 12ème Dialogue du Shangri-La (Singapour) en 2013. À cette occasion, il rappelait que la France est une nation Pacifique et entendait s’intéresser aux équilibres locaux et à la sécurité régionale. Avec un peu plus de 10 000 tonnes de bateaux basés dans la région, à la valeur militaire relative, disons sobrement que la parole de la France n’avait alors pas reçu beaucoup de considération.

Lire la suite

Publicités

Déconcentrer la Flotte ?

DM_aO9tXkAEFpis.jpg large

L’action diplomatico-militaire de la France suit l’évolution du monde et glisse logiquement à l’Est, dépassant le bassin oriental de la mer Méditerranée pour entamer une présence ponctuelle, voire peut-être plus soutenue dans les mers de Chine. Une élongation logistique ne peut qu’apparaître quand les forces navales s’éloignent vers le soleil levant alors que le train d’escadre est au plus bas depuis un demi-siècle et que le nombre de bases navales s’est considérablement réduit (les bases de Bizerte (Tunisie), Mers el-Kébir (Algérie), Diego Suarez (Madagascar) et Cam Ranh (Viet-Nam) ont été abandonnées). D’une analyse géostratégique et de différentes options doit procéder un choix politique. « Le temps, c’est de l’argent » et pour se ménager du temps, il s’agira d’envisager différentes options aux implications financières difficiles à calculer sans une commission ad hoc.

Lire la suite

Retour aux origines : maturation du porte-aéronefs STOBAR

© Wikipédia - PH3 Todd SUMMERLIN (USN). Des officiers de la marine russe montrent un chasseur Sukhoï Su-27K/Su-33 Flanker aux marins américains du croiseur USS San Jacinto (classe Tinconderoga) depuis le pont d'envol du porte-aéronefs Amiral Kuznetsov (23 février 1996). Le porte-aéronefs russe conduisait des exercices avec le croiseur USS San Jacinto (groupe CVN-73 USS George Washington) en Méditerranée centrale les 23 et 24 février 1996.

© Wikipédia – PH3 Todd SUMMERLIN (USN). Des officiers de la marine russe montrent un chasseur Sukhoï Su-27K/Su-33 Flanker aux marins américains du croiseur USS San Jacinto (classe Tinconderoga) depuis le pont d’envol du porte-aéronefs Amiral Kuznetsov (23 février 1996). Le porte-aéronefs russe conduisait des exercices avec le croiseur USS San Jacinto (groupe CVN-73 USS George Washington) en Méditerranée centrale les 23 et 24 février 1996.

MM. Benjamin GRAVISSE (Red Samovar), Henri KENHMANN (East Pendulum) et votre serviteur vous proposent une tribune sur le site internet de la Revue Défense nationale faisant le point sur les capacités des Mig-29K/KUB, Su-27K/Su-33 et J-15 dans les marines russe et chinoise.

Lire la suite

Coopération aéronavale trilatérale : nouvel embarquement de Rafale M

© U.S. Navy photo by Petty Officer 3rd Class Nathan T. Beard. Un Rafale M du porte-avions Charles de Gaulle pratique un "touch and go" à bord du CVN-69 USS Dwight D. Eisenhower le 8 décembre 2016.

© U.S. Navy photo by Petty Officer 3rd Class Nathan T. Beard. Un Rafale M du porte-avions Charles de Gaulle pratique un « touch and go » à bord du CVN-69 USS Dwight D. Eisenhower le 8 décembre 2016.

Le futur retour à la mer du porte-avions Charles de Gaulle lors de la sortie de l’IPER/ATM n°2 se fera dans un contexte relativement nouveau puisque le HMS Queen Elizabeth aura débuté ou débutera ses premières campagnes aériennes tandis que le CVN-78 USS Gerald R. Ford aura bien entamé sa première année de service. C’est dans un contexte de renforcement inexorable des liens aéronavals, en particulier franco-américains, qu’il s’agit de replacer l’embarquement annoncé de plusieurs Rafale M à bord d’un porte-avions américain au début de l’année 2018, en prélude à fin de la refonte du porte-avions Charles de Gaulle.

Lire la suite

Dissuasion nucléaire : du tout ou rien territorial à la logique anti-forces ?

albion silo

© Inconnu.

La pertinence de la dissuasion nucléaire comme élément de la stratégie politique nationale traduit dans la stratégie militaire après le traumatisme du mois de juin 1940 – « plus jamais ça ! » – et l’asservissement à un feu supérieur au nôtre en 1956 – constituent le fondement de notre force nucléaire. L’investissement de lancement, les coûts d’entretien ainsi que ceux pour le renouvellement invitent régulièrement à reposer les conditions du débat. Ce dernier s’est-il suffisamment attardé sur un glissement d’une logique de défense du territoire national par le feu nucléaire jusqu’au glissement de facto à une logique de contre-forces ?

Lire la suite

Irma : les opérations aéroamphibies dans la projection stratégique

© EMA.

© EMA.

Le passage de l’ouragan Irma met en exergue les capacités de projection stratégiques des forces armées françaises dans un cadre, sur le plan géostratégique, « intra-national » tout en étant inter-théâtre et, sur le plan diplomatique, otanien et européen. S’il s’agit de remplacer la partie aéroamphibie dans le concert des moyens logistiques au service de cette projection stratégique, force est de constater que le format actuel n’est pas satisfaisant.

Lire la suite