MCO : disponibilité stratégique des plateformes navales

ob_6e257b_2017-mtln-026-b-001-031

© Marine nationale.

Le Maintien en Condition Opérationnelle des plateformes et systèmes d’armes est l’un des facteurs de la supériorité militaire, en ce sens qu’il conditionne la disponibilité des matériels des forces pour les missions qui peuvent être ordonnées. Sur le plan naval, le MCO est la condition sine qua non pour durer à la mer, la matérialisation de la lutte permanente contre la moindre avarie, voire la survie d’un navire quand la casse est critique, même au bassin.

Lire la suite

Publicités

Coûts d’un bâtiment de combat : projections sur 30 ans

© Marine nationale. L'Aquitaine dans le bassin n°9 (Brest) avant la MECO.

© Marine nationale. L’Aquitaine dans le bassin n°9 (Brest) avant la MECO.

Deux grands postes de dépenses constituent des lignes budgétaires, au moins, aussi importantes que celles dédiées aux conceptions et constructions des bateaux. La première est constituée par l’indisponibilité des plateformes navales en raison de leur nécessaire immobilisation pour Maintien en Condition Opérationnelle (MCO). La deuxième est matérialisée par l’équipage qui arme le bateau et qui peut, lui seul, lui donner sa pleine mesure opérationnelle.

Lire la suite

2018 : mises sur cale des Alsace et Lorraine ?

© Naval group.

© Naval group.

Les Cassard (1985 – 2021) et Jean Bart (1988 – 2022) furent construites (1982-1991) avec des RIM-24 Tartar reçus des États-Unis en 1965 et débarqués des escorteurs d’escadre Bouvet et Kersaint. Remplacer le Tartar par le PAAMS était envisagé : les coûts et les faiblesses structurelles des frégates condamnaient cette refonte. Le retrait de service glissait de 2013 et 2015 (Horizon n°3 et 4) à 2018 (FREDA) pour, finalement, 2021 et 2022 (FACDAR). Le Cassard est « hors d’âge. Sa ligne d’arbres s’est cassée en pleine mer et il y a eu un incendie dans les machines du Jean Bart. Ces bâtiments sont à bout de souffle […] Il faut surveiller et réparer les fissures dans les coques et les chaises de lignes d’arbres. On a évalué ce coût à une centaine de millions d’euros dans le projet de loi de programmation militaire. » (Amiral Prazuck, audition, Commission Affaires étrangères, Défense et forces armées, Sénat, 25 octobre 2017) Mais il y a une autre solution : l’avancement de la construction des FREMM 7 et 8.

Lire la suite

FREMM et équipages optimisés : renforcement en vue

fremm-aquitaine-et-provence

© Marine nationale – Stéphane Dzioba. Les FREMM Aquitaine et Provence à proximité de Toulon.

Le programme FMM puis FREMM s’inscrivait dans une double dynamique : les économies dégagées par la réduction du nombre et du volume des équipages devaient abonder autant le financement des grands programmes d’armement – dont FREMM – que la déflation générale des effectifs, permettant d’investir dans de nouveaux bateaux et, donc, entretenir, la première dynamique. Avec seulement 94 marins pour armer une frégate de 6000 tonnes contre 300 pour une F67, le pari était ambitieux. Et s’il n’est pas totalement perdu, toutefois, il doit être, au minimum, révisé. La Marine avait à trancher entre deux grandes options : renforcer les équipages ou les doubler. La première semble l’avoir emporté, pour un temps.

Lire la suite

Programmes navals (1900-1914) et fleurons

© 2007- 艦艇写真のデジタル着彩 Atsushi Yamashita.

© 2007- 艦艇写真のデジタル着彩 Atsushi Yamashita.

« De 1880 à 1914, la France a dépensé autant d’argent pour sa Marine que l’Allemagne » déclamait le professeur Hervé Coutau-Bégarie (« La diplomatie navale française », pp. 41-44 dans Pierre PASCALLON (dir.), Les armées françaises à l’aube du XXIe siècle – Tome 1 : La Marine nationale, Paris, L’Harmattan, 2002, 460 pages). Il est proposé de revenir sur les programmes navals successifs de 1900 à 1914 afin de comprendre la construction discontinue et incrémentale de la Flotte de France. Perspective qui soulignera combien chaque nouvelle classe de cuirassés, portée par un programme naval, tend à supplanter l’ancienne, confirmant la loi de la hausse continue du tonnage. Mais, finalement, c’est l’absence d’une harmonieuse combinaison entre une pensée navale aboutie et l’efficience budgétaire qui explique une Flotte trop peu nombreuse malgré un budget conséquent… !

Lire la suite

PA2 : le Konrad Adenauer ?

cdg019vshp.jpg

© Bundeswehr – Marine Nationale / Cindy Luu. Le Groupe Aéronaval (GAn) pendant la mission Arromanches 3 centré sur le porte-avions Charles de Gaulle agrège, outre trois frégates françaises Chevalier Paul, Aquitaine et Provence ainsi que le Bâtiment de Commandement et de Ravitaillement (BCR) Marne, les frégates allemande Augsburg et britannique HMS St. Albans.

L’Amiral Philippe Sautter proposait l’idée d’un porte-avions franco-allemand en 1996. Ayant servi à bord du porte-avions Foch à trois reprises, le troisième embarquement le conduit à en prendre le commandement (30 août 1993 au 29 août 1995). Au cours de ces 270 jours de mer, le Foch effectue sept missions opérationnelles en Adriatique et trois campagnes d’essai du Rafale. C’est pourquoi sa parole est celle d’un fin connaisseur du fait aéronaval français et est précieuse afin d’étudier plus en avant l’idée d’un porte-avions partagé entre deux pays. Ce serpent de mer revient régulièrement dans le débat français en tant que solution politico-militaire pour forcer le destin d’une Europe de la Défense ou se défausser sur les partenaires européens de l’incurie financière française.

Lire la suite

PA2 : missions de Petersberg (1999 – 2011)

4253.jpg

© DCN – Thales. Le PA2 comme avant-projet CVF-FR en 2006.

La construction des grandes unités de surface de la Marine nationale s’est, souvent, rattachée à de grands objectifs politico-militaires, hier la chasse aux « cuirassés de poche » allemands, et donc la commande des Dunkerque (1938 – 1942) et Strasbourg (1939 – 1942), ou encore aux leçons stratégiques de grands conflits comme par exemple l’apport déterminant des porte-avions pendant la guerre d’Indochine, appuyant décisivement la commande des Clemenceau (22 novembre 1961 – 1er octobre 1997) et Foch (15 juillet 1963 – 15 novembre 2000). Sans oublier la recherche d’une place éminente dans de grandes organisations comme l’ONU et plus particulièrement l’OTAN avec l’avant-projet PA58. La transition entre le PAN n°2 et le PA2 se manifestait, aussi, par l’inscription de la restauration de la permanence aéronavale comme une pierre française apportait à l’édifice européen des missions de Petersberg.

Lire la suite