En pensant aux vacances…

affiche3M

La Loire Atlantique, avec Saint Nazaire, est connue pour ses chantiers et sa base sous-marine. Mais il y a aussi, de « l’autre côté du pont », une merveille dans un écrin de verdure et de pins tout aussi attrayante, une escale « famille » : Saint Brevin, une terre chère au coeur d’Anne de Bretagne et de Nicolas Fouquet, qui séjournèrent chacun à leur époque au manoir de La Guerche.

C’est sur cette terre, où les eaux de la Loire se mêlent à l’Atlantique et à 45 minutes de Nantes, que se situe le Fort de Mindin qui scrute l’estuaire depuis 1861 et abrite le Musée de la Marine de Mindin Lire la suite

La France et le cuirassé (3)

Le programme de 1912, un plan ambitieux hélas inachevé

programme-naval-1912

Le 30 mars 1912, la Chambre des Députés vote la loi-programme qui fixe le cadre de la Royale au début des années vingt. Avec vingt-huit cuirassés, dix éclaireurs d’escadre, cinquante-deux torpilleurs de «haute-mer», dix bâtiments pour divisions lointaines et quatre-vingt quatorze sous-marins, le plan est ambitieux.

Quand le plan est voté par le parlement, la France aligne 11 cuirassés «modernes» (deux Patrie, quatre Liberté et six Danton). Il reste donc dix-sept cuirassés type dreadnought à construire, deux devaient être mis en chantier en 1910 et 1911, trois en 1912, deux en 1913 et 1914, quatre en 1915 et deux en 1917.

Lire la suite

La France et le cuirassé (2)

La France et le cuirassé (2)

cuirasse-hoche

Le cuirassé Hoche

Panorama : l’évolution des cuirassés français jusqu’au premier conflit mondial

Avec un tel contexte, pas étonnant que la Royale n’ait pu disposer de cuirassés puissants et efficaces. Systématiquement, les cuirassés français vont se révéler inférieurs aux réalisations étrangères en raison de l’influence de la Jeune Ecole mais également de problèmes industriels, le manque de grandes cales et de grandes formes limitant sérieusement les possibilités des architectes navals français.

Après la mise en service de l’Amiral Duperré en 1883 (11085 tonnes, 15 nœuds,4 canons de 340mm) sont mis en service en 1888 le Formidable et l’Amiral Baudin, des navires de 12000 tonnes, filant à 15 nœuds avec un armement principal composé de trois canons de 370mm.

Lire la suite

La France et le cuirassé

LA FRANCE ET LE CUIRASSE (1)

bb-richelieu-2

Le Richelieu en 1953. Hélas, l’avant dernier cuirassé de la Royale n’eut pas une carrière à la hauteur de son élégance.

Note de l’Auteur : ce texte est un original mais les photos ne m’appartiennent pas. Elles ont été récupérées via des membres du site Marine Forum, de scans et de cueillettes sur internet. Si une personne reconnaît des clichés à lui, je suis prêt à préciser leur provenance. Bonne lecture à toutes et à tous.

Une géographie «ingrate»

Produit d’une action constante de nos rois, fruit de guerres et de mariages, le territoire français est un territoire aux dimensions harmonieuses (1000km du nord au sud 600km d’est en ouest), un territoire au carrefour de l’Europe reliant le nord du continent à la Méditerranée, permettant chose rarissime à un état de contrôler un isthme entre Atlantique et Méditerranée.

Cette géographie lui offre des horizons infinis sur l’Atlantique au travers de la péninsule bretonne et aurait pu permettre à la France de devenir une très grand puissance maritime. Hélas (ou pas), son attache continentale l’empêchait d’investir massivement dans une puissante marine de guerre à la différence de nos amis anglais qui isolés sur leur île purent pendant plusieurs siècles privilégier sans problèmes le «grand large» au continent même si jusqu’à la chute de Calais en 1556, l’Angleterre jouait un rôle majeur sur le continent.

Lire la suite