MAPL : deux ou trois ESF ?

Type_075_LHD_PLAN_China_02

© Inconnu. Unofficial artist impression of what PLAN’s future Type 075 LHD may look like.

La montée en puissance de la Marine de l’Armée Populaire de Libération (MAPL ou PLAN en anglais) se poursuit à un rythme soutenu. Une nouvelle ainsi qu’une confirmation tendent à accréditer l’idée que Pékin imite les structures opérationnelles de l’US Navy et tout particulièrement les Expeditionary Strike Force (ESF).

C’était le 12 juin 2002 que l’Amiral Vernon Clark (Chief of Naval Operations (CNO) présentait Sea Power 21 comme nouveau document stratégique pour l’avenir de l’US Navy après la Maritime Strategy (1986), From the Sea (1992) et Forward . . . from the Sea (1994). Cette nouvelle doctrine voyait ForceNet se décomposait entre trois piliers qui étaient Sea Shield, Sea Basing et Sea Strike. Ce dernier devait permettre la constitution d’une force offensive décisive et persistante fondée sur la supériorité informationnelle issue du processus de Transformation et donc de Revolution in Military Affairs.

Les Carrier Strike Group n’étaient pas remaniés et demeuraient composés de la même manière pour l’essentiel. L’évolution la plus sensible survenait dans les groupes amphibies. Les Amphibious Ready Group (ARG) subsistaient pour devenir Expeditionary Strike Group (ESG). Chaque ESG porte le nom de son navire principal. Le principal changement consistait dans l’incorporation d’une escorte, de capacités de frappes dans la profondeur et l’intégration de plusieurs sous-marins via l’association du groupe amphibie avec une escorte aussi diversifiée et importante que celle d’un CSG.

Une ESG se décompose donc en une escorte sous-marine, des Surface Action Group (SAG) mêlant des destroyers (type Arleigh Burke) et des croiseurs (classe Ticonderoga), voire des LCS et d’unités amphibies soit un LHA/LHD (classes America et Wasp), un LPD (class San Antonio) et un LSD (classes Whidbey Island et Harpers Ferry).

Entre parenthèses, les Expeditionary Transfer Dock (ESD – classe Lewis B. Puller) / Expeditionary Sea Base (ESB – classe Montford Point), anciennement Mobile Landing Platform (MLP) et Afloat Forward Staging Base (AFSB), sont des barges semi-submersibles prépositionnées qui sont le seul avatar du Sea Basing à être entré en service.

Une Expeditionary Strike Force (ESF) est donc l’assemblage d’un Carrier Strike Group (CSG) centré sur un porte-avions et d’une Expeditionary Strike Group (ESG) centrée quant à elle sur un LHA/LHD. ESF (CSG + ESG). Elle peut être appuyée ponctuellement par une ESD/ESB.

À défaut de connaître aussi finement les structures aéroamphibies chinoises, force est de constater que nous retrouvons toute ou partie de cette manière de composer les groupes navals. La Chine annonçait récemment sa volonté de ne plus disposer dans un avenir relativement proche de quatre mais bien de six porte-avions. Il s’agit donc bien de constituer deux groupes aéronavals. Et peut-être plutôt trois car il pourrait s’agir d’une première annonce pour relever l’objectif à six porte-avions tout en prétendant ne constituer que deux groupes aéronavals. C’est très élevé trois porte-avions par groupe et il y a matière à s’attendre à la création d’un troisième.

Le rythme des tranches navales chinoises assurent de quoi armer chaque groupe naval d’autant de corvettes (8 à 10), frégates (3 à 4), destroyers (1 à 2) que nécessaire.

Simultanément, l’Empire du Milieu se dote de six TCD/LPD de Type 071 ainsi que d’un premier Type 075 (longtemps présenté comme le Type 081 sur les réseaux), de quinze BATRAL/LSD Type 072A, plus de trois Type 726 (LCAC), quatre Projet 12322 (classe Zubr) sans oublier le Donghaidao qui pourrait être le premier ESD chinois.

Cela amène à s’interroger quant à l’assemblage de ces unités diverses autour de trois groupes aéronavals. Chaque groupe aéroamphibie devrait pouvoir compter sur deux Type 071 avec suffisamment de Type 726 (deux par navires ?). L’absence d’informations est plus patente quant aux prétentions chinoises à l’endroit des Type 075 mais aussi des potentiels sisterships du Donghaidao afin d’accroître l’allonge des Projet 12322.

La Flotte de l’Est qui fait face à Taiwan semble la plus richement dotée de moyens amphibies. Si les ambitions navales se poursuivent, trois ESF (CSG + ESG) pourraient être constitués. Chacune de ces forces sera-t-elle basée dans l’une des trois flottes (Nord, Est et Sud) ? Il est permis d’en douter dans la mesure ou chacun des théâtres maritimes chinois voit plutôt ses forces dédiées se spécialiser à la diplomatie navale mise en œuvre. Tout en sachant que cela est dans une dialectique profonde avec la problématique des premières et deuxième chaîne d’îles.

Le plus intéressant serait de voir s’il y a, effectivement, la constitution de groupes analogues à ceux de l’US Navy et s’ils seront joint pendant des exercices. Et encore mieux si l’un ou l’autre, voire les deux, participeront aux postures chinoises dans le Nord de l’Océan Indien, en Méditerranée ou ailleurs (Golfe de Guinée).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s