F21

maxresdefault

© DCNS.

Le Projet de Loi de Finances (PLF) 2017 livre d’ultimes informations sur le programme FTL (Future Torpille Lourde) ou Artémis. Ce nom semble vraiment ressurgir d’outre tombe. Cette munition sans publicité est pourtant cruciale à la crédibilité des forces sous-marines françaises, et, partant de là, à la dissuasion océanique.

Une première collaboration industrielle se monte entre DCNS (26%), Thales (24%) et l’italien WASS (50%) réunies dans le GEIE (Groupement Européen d’Intérêt Economique) « Eurotorp » (1993 – …). L’objectif affiché de cette coopération est bien une consolidation durable et une rationalisation de l’offre européenne de torpilles.

Elles conçoivent et produisent la Mu90 (fusion des programmes Murène et A290) qui est opérationnelle depuis 1999. La Mu90 (masse d’environ 310 kg selon les versions pour une vitesse de plus de 50 nœuds et immersion maximale de plus de 1000 mètres) est vendue à plus de 1000 exemplaires (Algérie, Allemagne, Australie, Danemark, France, Italie et Pologne), équipant aussi bien des aéronefs que des navires de surface et sous-marins.

La suite est le développement de la Black Shark (vendue à Italie, le Portugal, le Chili et la Malaisie), nouvelle torpille lourde proposée à l’exportation. La FTL devait être une adaptation de la Black Shark (1,5 tonne, vitesse supérieure à 50 nœuds sur plus de 50 km jusqu’à 1000 mètres de profondeur) aux besoins français. Si ses études sont engagées en 2008, soit deux années de décalage par rapport à la date initiale (2006, donc), la collaboration franco-italienne cesse dans ce cadre à l’orée de l’année 2010.

Une deuxième collaboration européenne s’engage sur le seul programme FTL avec l’entreprise allemande Atlas Elektronik qui apporte la technologie de la partie propulsion. Les études continuent mais, une fois encore, la fusion des activités ne dépassent pas le cap des déclarations d’intentions et des premiers projets de sociétés communes. Le premier actionnaire de référence d’Atlas Elektronik est HDW. En réponse à une question écrite en 2013, le ministère de la Défense précise que la répétition des difficultés de consolidation industrielle n’empêche nullement la bonne marche du programme.

Dans le même temps, la revue de conception détaillée de la F21 Artémis glisse de 2008 à 2013. Les premières F21 devaient être livrées aux forces en 2015 car, selon le Sénat en 2011, « l’obsolescence technique et opérationnelle sera atteinte en 2015 » pour la F17 mod 2.

Le programme d’un « coût total du programme, aux conditions financières 2010, est de 458 millions d’euros » pour une cible de 93 torpilles (contre 105 initialement, 12 exemplaires sont remplacées par une « prestation d’entraînement »). 65 torpilles F21 sont commandées depuis 2011, 28 doivent encore l’être après 2017.

Avec trois années de retard sur le calendrier initial, la première F21 rejoindra un sous-marin français non pas en 2015 mais bien en 2018 (P. 426). Les SNLE-NG classe Le Triomphant ainsi que les nouveaux SNA de classe Suffren doivent la percevoir en remplacement des obsolètes F17 mod 2 (1,41 tonne pour une vitesse de 40 nœuds jusqu’à 20 kilomètres à une immersion maximale de 600 mètres).

Les forces sous-marins françaises toucheront, enfin, une torpille équivalente à la Mk 48 américaine, régulièrement modernisée. La F21 dépasserait cette dernière selon ses concepteurs grâce à ses performances (distance franchissable d’une cinquantaine de kilomètres de portée pour une vitesse maximale supérieure à 50 nœuds pour une immersion maximale supérieure à 900 mètres).

Le retard enregistré depuis les années 1990 est en passe d’être comblé, est-ce que des efforts seront lancés pour apprécier la pertinence des « torpilles de croisière » à charge conventionnelle ou atomique telle la SeaHake mod4 ER (évolution de la DM2A4, portée de 140 km) ou la sulfureuse Status-6 Kanyon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s